Rétrospective Jim Jarmusch
DEAD MAN

ALT

Galerie d'images

ALT ALT ALT ALT ALT ALT

Fiche technique

Pays : États-Unis/Allemagne

Année : 1995

Durée : 2h01

NetB VOSTFR

Version restaurée

Genre : Western - Drame

Acteurs principaux : Johnny Depp, Gary Framer, Crispin Glover

 

Synopsis

William Blake prend le train vers l’Ouest pour y exercer le métier de comptable. Arrivé dans la si- nistre ville de Machine, il s’y trouve accusé à tort d’un double meurtre et prend la fuite, une balle logée près du cœur. Accompagné de Nobody, un Indien cultivé qui le prend pour le poète anglais William Blake, il s’engage dans un périple à travers l’Ouest sauvage... 

"[...] Daté et localisé (1850, Etats-Unis), Dead man est l'histoire d'une progression - ou bien d'une régression - dans un espace et un temps qui ne tiennent ni de la carte ni du calendrier. Le film d'une échappée imposée par un refus et un dégoût de la civilisation blanche et par une nostalgie de l'Amérique précolonisée. De la vision hyperréaliste du début (la ville de Machine comme un véritable cloaque, les faces de dégénérés des pionniers...), le film s'enrichit progressivement d'autres tonalités - absurde, burlesque, contemplative - pour finir complètement hébété. Multipliant les registres sans quitter l'épure du rythme, Jarmusch fait insensiblement basculer son film du réalisme vers le mythologique. Le long prégénérique qui impose avec insistance au spectateur le rythme de la locomotive n'est pas un maniérisme mais le passage obligé pour pénétrer dans le film, s'habituer à son pouls de plus en plus lent, ample et organique. C'est par ce tempo et par l'étrange consistance qu'il confère aux images de la nature que Dead man peut évoquer par moments La forêt interdite de Nicholas Ray ou La Nuit du chasseur. Western par nécessité plus que par choix, Dead man, film merveilleux, n'a rien du revival ou du pastiche. Le génie y est simplement le lieu propice à ce voyage à rebours qui n'est ni pessimiste ni mortifère - on rit beaucoup en le voyant - mais l'aspiration à un ailleurs ou les inadaptés pourraient trouver asile. Ainsi, Dead man éclaire a posteriori l'œuvre antérieure de Jarmusch et fournit une explication de la tristesse de ses personnages : ils voulaient être indiens." 

Dominique Marchais, Les Inrockuptibles, novembre 1995 

 

Bande annonce

Partager ce contenu

Réservez votre séance

Réserver
champo

S'inscrire à la newletter


En validant, j’accepte de recevoir la newsletter du Champo

OK En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Voir notre politique de confidentialité