à partir du 31 juillet

RÉTROSPECTIVE YASUJIRO OZU

10 FILMS

ALT

A partir du 31 juillet

 

Rétrospective 

YASUJIRO OZU

 

 

« Je vous parle des plus beaux films du monde. Je vous parle de ce que je considère comme le paradis perdu du cinéma. À ceux qui le connaissent déjà, aux autres, fortunés, qui vont encore le découvrir, je vous parle du cinéaste Yasujiro Ozu. Si notre siècle donnait encore sa place au sacré, s’il devait s’élever un sanctuaire du cinéma, j’y mettrais pour ma part l’œuvre du metteur en scène japonais Yasujiro Ozu... Les films d’Ozu parlent du long déclin de la famille japonaise, et par là même, du déclin d’une identité nationale.
Ils le font, sans dénoncer ni mépriser le progrès et l’apparition de la culture occidentale ou américaine, mais plutôt en déplorant avec une nostalgie distanciée la perte qui a eu lieu simultanément. Aussi japonais soient-ils, ces films peuvent prétendre à une compréhension universelle. Vous pouvez y reconnaître toutes les familles de tous les pays du monde
ainsi que vos propres parents, vos frères et sœurs et vous-même. Pour moi le cinéma ne fut jamais auparavant et plus jamais depuis si proche de sa propre essence, de sa beauté ultime et de sa détermination même : de donner une image utile et vraie du 20e siècle. 
»

Wim Wenders

 

10 FILMS  

en versions restaurées

 

 

1949 - Printemps tardif

1951 - Été précoce 

1952 -  Le goût du riz au thé vert

1953 - Voyage à Tokyo

1956 - Printemps précoce

1957 - Crépuscule à Tokyo

1958 - Fleurs d'équinoxe

1959 - Bonjour

1960 - Fin d'automne

1962 - Le goût du saké

 

 

 

 

Partager ce contenu
champo

S'inscrire à la newletter


En validant, j’accepte de recevoir la newsletter du Champo

OK En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Voir notre politique de confidentialité